Archive pour novembre 2009

26
Nov
09

il est interdit d’interdire….sauf quand on risque de se prendre une volée de bois vert

Bon la nouvelle saloperie de Liberation

Donc, on a entendu parler de la journée sans immigrés…qui est une notion assez vague puisque sont invités à se joindre  différents groupes.

«24h sans nous». «Nous» valant pour les étrangers vivant en France, les Français nés à l’étranger, ou de parents étrangers, mais aussi «tous ceux qui veulent protester contre la politique d’immigration».

Bon, donc on englobe tout le monde, légaux et clandestins...une journée sans clandestins…donc, Liberation élabore un scénario catastrophe…les cuisines des restaurants ne marchent pas, il n’ y a pas de soignants dans les hôpitaux, pas de profs dans les facs….

Ok alors je propose la journée sans immigrés…et puis on rend à l’État les dépenses sociales indues…j’imagine qu’il y aura moins de monde dans les commissariats…une journée tranquille pour les gardiens de prison…une journée pendant laquelle on n’entendrait plus les Cali et autres rebellocrates…une journée normale en somme dans un pays civilisé…

Bien évidemment, j’ai bien aimé les phrases de l’article telles que:

– «Notre ambition est de porter un changement de regard sur l’immigration. Montrer que les immigrés sont une richesse, que nous participons à la vie du pays et que le pays fonctionne avec nous»

– «Nous nous plaçons sur le terrain économique parce que tous les secteurs sont concernés. En France, un logement sur deux a été construit par des immigrés. 10% des chefs d’entreprise sont immigrés».

– « Pas de grand défilé prévu, mais des rassemblements dans des «lieux symboliques», des «déjeuners républicains», des concerts… Pourquoi le 1er mars? Parce que ce sera le cinquième anniversaire de l’entrée en vigueur du Ceseda (Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile) qui institue l’immigration choisie. »

Bon, encore une franche rigolade…mais sinon, là où l’on voit la lâcheté de Libération, c’est que ce journal libertaire, vents debout contre toute censure…et bien cette pauvre feuille de chou…voilà ce qu’on peut lire sous cet article…

« Libération a décidé de ne pas ouvrir cet article aux commentaires. »

Vu que les sites internet des journaux ne font plus leur boulot…je vais le faire à leur place…alors réagissez à cet article de Libération…sans censure…

Cherea

Publicités
25
Nov
09

L’identité française…

Apparemment la question à dix milliards?

Des années que je me pose la question, que je cherche des réponses…Vendredi dernier, j’ai dîné avec une flopée de journalistes espagnols, dont pas mal de gauche…Discussion qui arrive assez rapidement sur La France, Thierry Henry, la main et puis sur l’Algérie…j’ai donc raconté à ces types, qui ont un bon fond, comme moi, les débordements, les émeutes, les insultes à la France…la prise de la Mairie de Toulouse…bref tous les problèmes liés à une immigration incontrôlée…et là ils n’en revenaient littéralement pas, me disant qu’en Espagne c’était plutôt les Sud-Américains qui posaient problème même si on voit de plus en plus de bonnes femmes voilées…Bref ils étaient assez étonnés de la situation française…un journaliste a même ajouté en toute naïveté qu’il était retourné à Paris récemment à Paris et n’avait pas reconnu la population en l’espace de quinze-vingt ans…je leur ai dit alors de ne pas s’en faire et qu’ils auraient prochainement les mêmes problèmes liés à l’immigration massive et en un temps record…On a alors commencé à s’interroger, après quelques bières sur notre identité propre…

Je leur racontai donc des souvenirs d’enfance, des colonies de vacances, des petits villages et des églises, des fromages, du bon pinard, les liqueurs vidées après les repas de famille…les amours adolescentes, la musique, des souvenirs de lecture, Cervantés, Balzac, Proust, Kafka, Shakespeare, Goethe…dans le même corpus littéraire…nos voyages en Europe, à Prague, on s’est foutu de la gueule des Anglais…nos problèmes quotidiens…bref…avec ce type que je ne connaissais pas…et avec qui j’étais radicalement différent…et bien on avait énormément en commun…

Donc voilà, l’identité française, c’est quelque chose de fondamentalement européen avec ses spécificités…voilà un passé commun…

Marc Bloch a écrit « Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France , ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération. »

Que pourrait-on dire, s’approchant pour définir une identité européenne, quelque chose du style  » être Européen, c’est pleurer la Chute de Rome et se réjouir de celle du Mur de Berlin ».

Être français, c’est être Européen…avec ses différences…

Bon, sinon, en ce moment, une affaire médiatique défraie plus ou moins la chronique…En effet, une  pauvre fille, ressortissante marocaine a été explusée du Royaume de M VI car elle a marqué sur une fiche de renseignement aéroportuaire demandant sa nationalité: Sahara Occidental…bref…les Marocains ont pris peur…et ont expulsé cette pauvre fille vers les Canaries sans passeport et la fille, Aminatou, se retrouve donc apatride…et là, bien entendu… la fille est soutenue par toute la caste culturelle…avec en tête Javier Bardem et à la radio j’ai entendu un acteur dont j’ai oublié le nom qui chialait littéralement en parlant de la pauvre fille…Vraiment la même sale engeance partout, ces acteurs, chanteurs…à se faire de la pub sur le dos d’une pauvre fille…

Cherea, complètement débordé…

19
Nov
09

Deux équipes de France en Afrique du Sud

Alors comme cela on aura deux équipes à la coupe du monde de football…La France, bon pas glorieux mais on y sera et c’est là le plus important…le  reste n’est que littérature, la main d’Henry, on s’en souviendra…

Merci M.Henry, il en fallait des couilles pour mettre la main, savoir que l’on se fera traiter de tricheur, que l’on sera hué et conspué…mais c’était pour le bien de la nation…de l’équipe française de football…Puis j’aime bien Domenech…je vois bien un coup de Trafalgar et l’edf est mon gros outsider pour la coupe du monde…

Les Irlandais, magnifiques looser, rôle traditionnellement dévolu à la France, changement d’époque…et c’est tant mieux…J’ai vu le match dans un pub irlandais, superbe ambiance…des deux côtés…tant français qu’irlandais…

L’Algérie sera en Afrique du Sud, moi qui souhaitais la présence de l’Égypte…enfin bon, une équipe algérienne où la moitié des joueurs est née en France et où l’autre joue dans les clubs français…alors « one, two, three, viva l’Algérie ».

Les débordements qui ont suivi…que j’aimerai que l’edf et l’edf bis, se retrouvent dans le même groupe…en Afrique du Sud…je vois déjà les affrontements qui ne régleront toujours pas le passé….

Un point positif de la colonisation? L’équipe de football d’Algérie…qui est en coupe du monde grâce à la France…

De rien, c’est cadeau…

Cherea

17
Nov
09

No future

Tout est foutu, pas besoin d’être punk pour le savoir…puis les punks, j’ai jamais eu l’âge, c’était déjà démodé quand j’ai atteint les années de suivre des modes, aux alentours de quinze piges…

Il y a très exactement seize ans, jour pour jour, j’étais dans les tribunes du Parc des Princes, c’était le jour de France-Bulgarie, le match décisif pour participer à la coupe du monde 1994 aux Etats-Unis. Mon père, qui aimait le pays de John Wayne, nous avait dit que si la France se qualifiait, ce serait l’occasion de faire un beau voyage…

La France mène 1-0…puis vint l’égalisation de Kostadinov…et puis la dernière minute, le fameux centre de Ginola qualifié par Houiller d’exocet…pour les masochistes, c’est là

Je me rappelle, toute une époque, la France en récession en 1993…le suicide de Bérégovoy, les débuts de Balladur, Mitterrand qui n’en finit plus de mourir…

Assis dans les tribunes, j’en avais pleuré, à l’époque, mon horizon se réduisait au lendemain, aux entraînements de la semaine, au match du dimanche…et puis à l’été que je devais passer aux Etats-Unis…aller voir des matchs de football de la coupe du monde…

C’était il y a seize ans…c’était un mercredi…une date repère…je me rappelle que j’avais vu mon premier film pornographique sur Canal+, le samedi 7 novembre en revenant d’une boom…

Il fallait lutter pour voir un film X il y a une quinzaine d’années…il fallait attendre le premier samedi de chaque mois…se lever vers 00h30, glisser sur la moquette…ne pas faire de bruit…c’était tout un effort…

Maintenant, il suffit d’avoir accès à Internet… toute une notion de l’effort qui s’en va…

Un simple exemple…une époque qui change…il fallait travailler pour gagner de l’argent… la thématique de l’effort. Désormais, suffit de se lever et d’aller pointer dans le 7ème arrondissement de Paris pour espérer ramasser un billet…la perte de l’effort tant dans le cul que pour gagner son argent…

Le même jour, des Algériens foutent le feu à des bagnoles, à des bateaux…parce que le résultat d’un match de foot ne leur convient pas…la preuve par l’image que des Algériens foutent la merde en France, mais aussi en Algérie…des émeutes clairement ethniques et si l’un ose dénoncer ce fait…on se fera tomber dessus…pour racisme lorsqu’on ne fait que décrire un état de fait…

J’ai regardé le match de samedi France-Irlande dans un pub irlandais…avec beaucoup d’Irlandais…on a partagé des bières…chacun supportant son équipe dans le respect de l’autre.

Aucun incident comme prévu. Aurais-je pu aller voir le match Egypte-Algérie dans un bar de Barbès si j’avais été Egyptien?

Obama qui va courber l’échine devant les Chinois pour une poignée de dollars, et qui ne vient pas lors des cérémonies de la chute du Mur de Berlin…Il s’en fout de l’Europe…il serait temps de redéfinir une alliance, de monter une super-puissance européenne…

No future, que des branleurs qui le matin se lèvent pour aller prendre de l’argent gratuit et le soir foutent le feu à cause d’un match de foot…

L’allié historique américain qui tourne le dos à l’Europe…

No future, le combat est presque perdu…et pourtant certains continueront à lutter…

Paraît que la seule vraie question philosophique est celle du suicide…jamais été philosophe pour un sou…alors tel Sisyphe, je continuerai à pousser ma pierre sans relâche, une seconde de bonheur pour des années d’effort…mon destin, notre croix…certes no future mais reste carpe diem…

« Les plus désespérés sont les chants les plus beaux,

et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots »

Musset, La nuit de Mai

Cherea

14
Nov
09

Pourquoi?

Pourquoi est-ce que je suis rentré à six heures du matin avec trois grammes dans le sang?

Pourquoi est-ce que je me suis embrouillé avec ma chérie? Probablement quelque chose à voir avec la première question.

Pourquoi est-ce que quand tu es célibataire, tu galères pour attirer l’oeil des jolies filles et quand tu ne l’es plus, elles te draguent de manière scandaleuse?

Pourquoi est-ce que Céline, Borgès et James Ellroy ont marqué à ce point mes goûts littéraires?

Pourquoi est-ce que je ne roule pas en Ferrari?

Pourquoi n’ai-je pas le blé pour m’acheter une sculpture de Giacometti que j’aime tant, la finesse des traits, le mouvement…?

Pourquoi est-ce que Google nous afflige quasiment chaque jour d’une nouvelle page pour fêter un événement à la con, les 40 ans de Rue Sésame, l’invention du Code-Barre, Halloween et aujourd’hui, 14 novembre une page qui mentionne la découverte de l’eau sur la Lune…tout sauf la chute du mur de Berlin…?

Pourquoi est-ce que ma chérie ne comprend pas que je lui interdise d’utiliser mon stylo plume…?

Pourquoi est-ce que je ne me lasse jamais de lire le Roi Lear, d’écouter Haendel, Bach et Jimi Hendrix…?

Pourquoi autant de questions qui n’attendent pas de réponses?

Pourquoi un post si pitoyabable?

Cherea, qui a la gueule de bois et dont la pression monte à l’approche du match Irlande-France…

 

13
Nov
09

Les meilleures séries TV…

On classe tout et dans le même moment il n’y a plus de hiérarchie, tout se vaut…le discours des pédagogues à la con et des autres salopes qui vous rentreront dans le crâne que Diam’s ou Grand Corps Malade au programme du bac français sont tout aussi légitimes que Balzac…en prenant comme exemple d’auteur incompris et novateur Céline…

Une petite saillie qui n’a pas grand rapport avec le sujet du jour, néanmoins, avec la prolifération des séries dont nous sommes inondés par tous les canaux…il semble raisonnable de pouvoir faire un classement, ou du moins de distinguer une dizaine de séries qui m’ont marqué…

  • Oz, une série tellement incroyable, un tel miroir de la société et des innovations formelles et narratives qui marquent un avant et un après. Une étudiante a fait une thèse sur cette série et le monde diplomatique un article.
  • Dream On, par les créateurs de Friends, mais en bien plus marrant, l’histoire d’un éditeur New-Yorkais qui se tape tout ce qui bouge. Innovation formelle dans cette série, reprise à toutes les sauces, un extrait d’un film en noir et blanc illustre les pensées de Martin Tupper.
  • Les Soprano et son intro d’anthologie, mais aussi une telle profondeur dans la psychologie des personnages, une flopée de thèmes brassés…de la violence, de l’humour, quasiment tous les sentiments humains qui sont traités…tellement brillante que certains n’hésitent pas à comparer cette série à The Great American Novel, chimère de tous les auteurs américains…et je les rejoins..
  • Les Simpson, tout le monde connaît, 20 ans de rigolade.
  • South Park, les Simpson en plus trash, qui colle plus à notre époque et puis le dézingage continu de bobos et progressistes en tout genre a le don de me plaire
  • The Shield, Los Angeles, ses gangs, ses flics ripoux, sa discrimination positive, Vic McKay, sa violence à tous les coins de rue, son action…dans cette série, on ne voit jamais Hollywood, les plages, les riches, les people…et tout ce qui fait passer L.A. pour la cité des anges…et de sacrés acteurs…Glen Close, Forrest Whitaker…
  • Action, une seule saison, mais quelle saison, huit malheureux épisodes pour la première série qui montre l’envers du décor d’Hollywood dont la série Entourage n’est qu’une pâle copie…
  • The Wire, série dont l’immense auteur de romans noirs sur la ville de Washington, Georges P. Pelecanos, est le grand manitou…finesse de l’intrigue, caractères vrais des personnages…
  • Profit,une série diffusée sur Fox, quelques malheureux épisodes, c’est l’histoire d’un cadre, d’une multinationale très peu éthique, qui n’hésite pas à user de tous les moyens possibles, avouables et imaginables pour monter dans l’organigramme…série vraiment dérangeante…et donc à conseiller…

Voilà un tour des séries qui m’ont marqué. Vous pouvez remarquer qu’à l’exception des séries animées, elles sont toutes terminées et deux n’ont même fait qu’une saison. En effet, à l’heure où les séries TV ont remplacé la télé-réalité, et bien je pense qu’en termes de création et de liberté, un acmé a été atteint au début des années 2000 lorsque les séries n’avaient pas encore atteint cette puissance incroyable…aujourd’hui, c’est une industrie tellement profitable qu’il n’y plus trop de place pour la création…

Je pense que l’on peut comparer la situation des séries TV à celle du cinéma…une époque de création incroyable avant que cette industrie ne devienne quelque chose de trop cadré, trop formaté par un cahier des charges dicté par les principaux diffuseurs…nous avons vécu un âge d’or…entre 1992 et 2002…à peu près…ce qu’on diffuse…aujourd’hui…je ne pourrai pas vraiment vous dire…

Il m’a suffi de voir un épisode de Prison Break pour comprendre que c’était une merde intégrale, un épisode de Desperate Housewife pour voir que les scénaristes de cette série devaient être les cadres d’une grande multinationale qui vend des lessives…Plus rien d’intéressant…RAS…du moins aux États-Unis…peut-être qu’un renouveau viendra d’autre part…de France? Royaume-Uni?…à moins que HBO…

Cherea…

12
Nov
09

Une découverte en polar

J’adore le roman noir, le polar…pas le policier, pas trop non plus l’enquête à l’ancienne…Disons que James Ellroy fut pour moi un vrai choc littéraire et que c’est par lui que je suis entré dans ce monde il y a 7-8 ans…

Bref, des romans noirs, j’en lis vraiment à la pelle…si bien que maintenant, je commence à avoir fait le tour…évidemment pas tout le tour non plus, je n’ai jamais lu Léo Mallet, très peu d’auteurs français du néo-polar, à part Manchette…et il y a encore des auteurs que je n’ai que peu touchés comme Mcbain, Westerlake…mais je pense pouvoir dire que j’ai une assez bonne vision globale (expression typiquement Novlangue Managériale) ou pour parler mieux Français, je dirai que je connais le sujet…

Tout cela pour dire que découvrir un bon auteur de romans noirs et bien ce n’est pas facile…alors en ce moment je lis un truc qui s’appelle Rage de dents de William Lashner, car il y a trois semaines, je suis tombé sur l’homme marqué du même Lashner.

J’avais déjà croisé sa route à Lashner il y a plusieurs années, j’avais lu la quatrième de couverture et puis ça parlait d’un avocat alors je m’étais dit que j’allais me faire chier avec un procedural à la Perry MasonErreur réparée il n’y a donc que quelques semaines…

Donc Lashner met toujours en scène le même héros, Victor Carl, avocat pas tout à fait miteux mais pas non plus un grand avocat de la place…bref le type associé dans un cabinet avec Beth Derringer, qui s’occupe de défendre des meurtriers, d’aider des petites vieilles tyranniques à ramener leur fils à la maison…tout cela bien entendu si une provision est versée car Victor Carl se définit comme « une pourriture capitaliste égoïste » du moins voudrait-il s’en convaincre…car au fond c’est un bon gars…

Enfin, autre originalité, toute l’action se passe à Philapdelphie…en effet, il y a une vraie géographie du polar et si Carl Hiassen est l’écrivain de la Floride, Ellroy celui de L.A., Charyn celui de New-York, James Lee Burke celui de la Nouvelles-Orléans, McCarthy celui du Texas, Izzo celui de Marseille et bien Lashner est sans aucun doute celui de Philadelphie…

Donc à lire s’il vous tombe sous la main, ce n’est pas un chef d’oeuvre mais un bon moment à passer avec cette douce et désagréable impression d’avoir un miroir dans ses mains en la personne de Victor Carl…Lâche et courageux, con et malin…bref toute la dualité masculine en un personnage…ici pas de super héros, juste un homme, dans ses contradictions, toute sa connerie mais aussi sa fulgurance, sa réflexion…c’est déjà pas mal…et puis ça change des dernières saloperies qui mettent en scène trois femmes puissantes ou encore Lisbeth Salander qui déjoue à elle seule tous les complots grâce à sa seule intelligence…

WLashner

9782070396634FS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cherea