27
Avr
10

French Psycho…

Je rêve que je prends un flingue…je sais pas lequel…pas fait l’armée…génération castrée…un truc assez gros, c’est tout ce qui me revient, le genre fusil mitrailleur qui te fait un trou comme le cul de  Belladonna, puissant le fusil d’assault…mais pas un truc de guerillero angolais…bref t’as compris…un fusil mitrailleur…alors je l’ai en main…bien sanglé…des balles partout autour de mon torse. J’ai trop dû voir Rambo, ça a dû déconner dans ma tête quand j’étais encore gamin. Je ne sais plus trop comment je suis habillé mais je dois porter un costard taillé sur mesure du genre Savile Row ou plus sûrement un costard sur mesure qu’on m’a fait en Asie pour une bouchée de pain…Je suis dans une grande ville, c’est la liesse populaire amis pas un truc du style le PSG qui a gagné la ligue des Champions (c’est un rêve…) mais plutôt un truc plus invraisemblable et  que pourtant je vais me prendre en pleine gueule du style couple Titanic-iceberg…Des mecs et des gonzes absolument indifférenciés, sapés pareils, pantalons pour les bonnes femmes et pour mecs et jupes pour gonzesses et bonhommes….tous pareils…aucune différence, pas de différence entre hommes et femmes (marrant toutes ces bonnes femmes qui demandent l’égalité salariale et qui pourtant ne pourraient faire leur vie avec un mec qui gagne moins qu’elle, pensée en passant)…ça doit être un jour d’été, probablement le premier, des abrutis qui avec trois bouts de bois tapent sur des poubelles et ça s’autoproclame artistes…Aujourd’hui c’est la putain de fête du bruit sponsorisée par le ministère de la culture, le Mrap, la Licra et plein de types avec leur petite main jaune…des connards essaient de me faire entrer dans la danse, ils se mettent en rond autour de moi, je n’ai aucune réaction, je suis d’un calme éternel…ils sont aveuglés, ils ne voient pas mon fusil mitrailleur…je reste immobile façon romantique face à l’agitation de la tempête du monde…une salope hystérique habillée en haillons vert et violet coiffée d’un béret cubain époque Guevara me prend les mains de force « viens faire la fête avec nous ». Je reste immobile, je ne bouge pas, elle se fait plus pressante, m’impose sa fête à la con, me force de venir danser avec elle, de lui faire des bisous…elle me traite de fasciste, je sors un Magnum 357, presse la détente, un bruit fait taire la fête et expulse la matière grise de la tronche de l’autre immonde salope qui voulait me faire danser de force…. Tous les êtres indifférenciés autour de moi son pétris de terreur…et commencent à hurler…ça y est c’est parti Cherea, Rock n Roll, SHOOT’EM ALL, KILL, KILL, KILL, ni une, ni deux…je fais feu, je tire toutes les balles de mon Magnum laissant là et ça des impacts et des trous gros comme le poing de Mike Tyson dans le dos ou le bide, plus de balles, pas grave, je les finis avec mon couteau cranté et aiguisé de frais…un spécimen type science putard, cheveux longs, et badge rose du PS sur sa veste de pacifiste avec le drapeau allemand… il me supplie, m’implore, jure sur la tête de Delanoé qu’il ne dira rien…je lui mets un coup de latte qui lui démantibule la mâchoire inférieure, il hurle à la mort, je lui saute dessus et plante mon couteau dans la gorge le tournant dans tous les sens…un puissant jet de sang tâche mon costume et gicle sur mon visage, je m’en sers pour me camoufler…le science putard est crevé et continue de se vider de son sang dans de violents spasmes…uniques signes de vie d’un type qui a vécu sa vie comme un zombie…je range mon couteau, prends mon fusil-mitrailleur, m’agenouille, cale la crosse contre l’épaule…et tire sur tout ce qui bouge…je respire, mon rythme cardiaque est lent, je suis en pleine possession de mes moyens…je pose mon arme, prend mon ipod, appuye sur la touche Play, le Requiem de Mozart sonne dans mes oreilles, résonne dans mon cerveau et fait taire les bruits des coupables autour de mon fusil mitrailleur, zombies de leur état, non vivant-absolus qui me doivent dévotion éternelle pour leur avoir infligé leur seul moment de vie au moment même où mes balles les transpercent…mes chargeurs sont vides… la rue est calme, pas âme qui vive, mon esprit apaisé, mon corps reposé, je suis disposé à aller me coucher… avant de recommencer…


4 Responses to “French Psycho…”


  1. 1 Carine
    27/04/2010 à 11:26

    Oulaaaa!
    Il fait beau, c’est le printemps, ya des petits fleurs et des ptits zoiseaux.
    Respire un grand coup!
    Inspiiiiiiiiire!
    expiiiiiiiiiire!
    Ca va mieux?

  2. 27/04/2010 à 14:44

    Et après ça, on va venir dire que c’est moi qui exagère ! Pff…

  3. 4 Götz
    28/04/2010 à 11:02

    très bon. Et tellement jubilatoire.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :