Archive for the 'Divers' Category

27
Avr
10

French Psycho…

Je rêve que je prends un flingue…je sais pas lequel…pas fait l’armée…génération castrée…un truc assez gros, c’est tout ce qui me revient, le genre fusil mitrailleur qui te fait un trou comme le cul de  Belladonna, puissant le fusil d’assault…mais pas un truc de guerillero angolais…bref t’as compris…un fusil mitrailleur…alors je l’ai en main…bien sanglé…des balles partout autour de mon torse. J’ai trop dû voir Rambo, ça a dû déconner dans ma tête quand j’étais encore gamin. Je ne sais plus trop comment je suis habillé mais je dois porter un costard taillé sur mesure du genre Savile Row ou plus sûrement un costard sur mesure qu’on m’a fait en Asie pour une bouchée de pain…Je suis dans une grande ville, c’est la liesse populaire amis pas un truc du style le PSG qui a gagné la ligue des Champions (c’est un rêve…) mais plutôt un truc plus invraisemblable et  que pourtant je vais me prendre en pleine gueule du style couple Titanic-iceberg…Des mecs et des gonzes absolument indifférenciés, sapés pareils, pantalons pour les bonnes femmes et pour mecs et jupes pour gonzesses et bonhommes….tous pareils…aucune différence, pas de différence entre hommes et femmes (marrant toutes ces bonnes femmes qui demandent l’égalité salariale et qui pourtant ne pourraient faire leur vie avec un mec qui gagne moins qu’elle, pensée en passant)…ça doit être un jour d’été, probablement le premier, des abrutis qui avec trois bouts de bois tapent sur des poubelles et ça s’autoproclame artistes…Aujourd’hui c’est la putain de fête du bruit sponsorisée par le ministère de la culture, le Mrap, la Licra et plein de types avec leur petite main jaune…des connards essaient de me faire entrer dans la danse, ils se mettent en rond autour de moi, je n’ai aucune réaction, je suis d’un calme éternel…ils sont aveuglés, ils ne voient pas mon fusil mitrailleur…je reste immobile façon romantique face à l’agitation de la tempête du monde…une salope hystérique habillée en haillons vert et violet coiffée d’un béret cubain époque Guevara me prend les mains de force « viens faire la fête avec nous ». Je reste immobile, je ne bouge pas, elle se fait plus pressante, m’impose sa fête à la con, me force de venir danser avec elle, de lui faire des bisous…elle me traite de fasciste, je sors un Magnum 357, presse la détente, un bruit fait taire la fête et expulse la matière grise de la tronche de l’autre immonde salope qui voulait me faire danser de force…. Tous les êtres indifférenciés autour de moi son pétris de terreur…et commencent à hurler…ça y est c’est parti Cherea, Rock n Roll, SHOOT’EM ALL, KILL, KILL, KILL, ni une, ni deux…je fais feu, je tire toutes les balles de mon Magnum laissant là et ça des impacts et des trous gros comme le poing de Mike Tyson dans le dos ou le bide, plus de balles, pas grave, je les finis avec mon couteau cranté et aiguisé de frais…un spécimen type science putard, cheveux longs, et badge rose du PS sur sa veste de pacifiste avec le drapeau allemand… il me supplie, m’implore, jure sur la tête de Delanoé qu’il ne dira rien…je lui mets un coup de latte qui lui démantibule la mâchoire inférieure, il hurle à la mort, je lui saute dessus et plante mon couteau dans la gorge le tournant dans tous les sens…un puissant jet de sang tâche mon costume et gicle sur mon visage, je m’en sers pour me camoufler…le science putard est crevé et continue de se vider de son sang dans de violents spasmes…uniques signes de vie d’un type qui a vécu sa vie comme un zombie…je range mon couteau, prends mon fusil-mitrailleur, m’agenouille, cale la crosse contre l’épaule…et tire sur tout ce qui bouge…je respire, mon rythme cardiaque est lent, je suis en pleine possession de mes moyens…je pose mon arme, prend mon ipod, appuye sur la touche Play, le Requiem de Mozart sonne dans mes oreilles, résonne dans mon cerveau et fait taire les bruits des coupables autour de mon fusil mitrailleur, zombies de leur état, non vivant-absolus qui me doivent dévotion éternelle pour leur avoir infligé leur seul moment de vie au moment même où mes balles les transpercent…mes chargeurs sont vides… la rue est calme, pas âme qui vive, mon esprit apaisé, mon corps reposé, je suis disposé à aller me coucher… avant de recommencer…

14
Avr
10

Pas mieux

Je continue avec mes allures de misogyne, mais sachez que j’adore les femmes en général et deux en particulier, ma mère et ma chérie et si je les aime tant c’est parce qu’on est différents, diamétralement opposés. Tristes, elles quand moi joyeux…pragmatique moi quand elles dans la lune, puis complémentaires…elles me calment, m’apaisent, me consolent, m’aiment tel que je suis…sans fioritures…et si on est bien d’accord sur quelque chose, c’est bien sur le fait qu’hommes et femmes sont différents et qu’une convergence de nos comportements ne serait qu’un pas de plus vers la dictature…

Bon, j’avoue billet merdique, tout cela pour introduire un point de vue masculin sur la femme, je le ressortirai le 1er mars prochain.

Cherea

Ah oui, je rédige moins en ce moment, puis des billets plus courts, rien de profond, les aléas de la vie et puis maintenant vous pourrez trouver ma logorrhée sur ILYS.

31
Mar
10

Centième article

Pas beaucoup de temps en ce moment…je vais donc refaire une rapide revue de l’affaire Zemmour, le plus triste dans cette sinistre histoire est l’expostion qui a été donnée à des types comme Lozès, le patron des associations noires.La différence avec le CRIF, que je ne porte pas spécialement dans mon coeur, est qu’elle a au moins l’humilité de rattacher son nom à la France, ce que ne fait pas le CRAN que j’ai choisi de renommer le CRAB, le conseil représentatif des associations Blacks, voilà le black, c’est sympa, festif et tout. C’est bientôt Pâques, et en Espagne, tu as des vacances et tout et surtout des processions absolument délirantes. La plus connue, la plus spectaculaire se déroule à Séville, on voit des types en habits traditionnels et voila à quoi ressemble Semana Santa, prochaines victimes de Lozès. Le CRAB me met à CRAN, jeu de mots pourri mais allez, c’est le centième article.

Cherea

15
Mar
10

Week end à Budapest

J’ai passé le week end à Budapest. J’ai enterré la vie de garçon d’un ami qui va se marier dans un mois avec une calabraise de Rosarno…vous vous souvenez, c’était quand on avait dit que tous les Italiens étaient racistes…

Bref..une dizaine de types qui ont tous entre 28 et 30 ans…C’est incroyable comme l’effet groupe peut rendre con…même si ce sont tes meilleurs potes…alors voilà je suis arrivé le vendredi vers 13 heures, je crois que j’avais un coup dans le pif vers 15 heures…Tokay oblige…les autres types arrivent d’un peu partout au compte-goutte…on se chauffe, on lit Time Out, certains évoquent le fait d’aller voir des putes car comme indiqué sur tous les magazines, à Buda il y a du cul…de la gonzesse…de la meuf…il y a officiellement 9000 putes à Budapest….ce qui est absolument fascinant comme chiffre…tu arrives à l’aéroport. tu prends ton taxi et tu lis le magazine et il n’y a que de la pub pour des putes, tous les genres tous les pays…tout ce que tu veux…emballé, pesé pas de soucis…Voilà quelle était à peu près l’ambiance…incroyable qu’une ville aussi belle fut défigurée en si peu de temps, de la pub moche et principalement américaine partout…des grandes cartes pour un Mcdo ou un Burger King…partout…au milieu de sublimes bâtiments.

Bon on se chauffait, on va manger dans un restaurant typique et bon…une bonne soupe en entrée et un goulash..et bien sûr du Tokay, tu sais le vin des rois…Après on sort, des rabatteurs partout qui te harcèlent pour que tu rentres dans son bouge mater toute la laideur du monde enveloppée dans un string made in china…tu refuses…puis comme c’est l’enterrement de vie de garçon de ton pote…tu l’amènes dans une boîte de strip tease…mais un truc plutôt classe…tu ne couches pas avec les filles…Les filles étaient des avions atomiques mais la moue qu’elles faisaient te dégoûtait d’être là…sentiment de malaise partagé par tous…on se casse.

On va prendre un verre dans un troquet tout ce qu’il y a de plus normal, enfin, des filles qui parlent avec des mecs. Je sympathise avec un Hongrois, tu sens que le mec a la rage. Il me raconte qu’il est outré du fait que des hardes d’Anglais, d’Allemands viennent à Budapest pour se taper leurs soeurs et leurs cousines…que l’industrie du sexe est un secteur économique si important dans son pays. Que des jolies jeunes filles élevées au grand air se retrouvent à tortiller du cul devant des types normaux qui se lâchent un week end par an et qui ensuite retournent à bobonne. Je comprends la rage des types, je serai pareil.

On se réveille tôt le lendemain, karting et paintball. Restaurant le soir. Verres dans un bar un peu mode et enfin pas de putes…ce qui est terrible dans cette exploitation est que des filles habituellement aussi belles sont laides lorsqu’elles s’avilissent pour de pauvres occidentaux, qui se comportent comme des porcs loin de chez eux. J’avais déjà remarqué cela il y a quelques années. Depuis je me tiens à l’étranger, j’essaie de faire l’ambassadeur de France, représenter un peu l’élégance française…avec ou sans succès. Quand tu vois des types qui se comportent comme des porcs,tu es content de ne pas en être.

Réveil tôt le dimanche, visite rapide de la ville et après midi dans les bains de Budapest, véritable bouffée d’air frais. Prendre des bains dans un palais baroque, ça c’est classe.

Bon week end, bonne bouffe, bon vin, bonnes blagues, bonnes activités mais ville enlaidie par les progrès économiques et son développement.

Cherea

10
Mar
10

Schizophrénie

J’emploie ce terme pour qualifier tous les types de médias qui tombent sur Eric Zemmour qui a dit que la plupart des dealers étaient noirs et arabes. Est-ce choquant? Non. Lorsque je consommais du Shit, jeune con que j’étais, les seuls types qui approvisionnaient les petits bourgeois du lycée où j’étudiais étaient des arabes. Certains de mes amis consomment de la cocaïne, leur dealer est arabe. La schizophrénie du monde des médias est absolument totale, en effet, je suis prêt à parier que 80% des types qui sniffent dans le monde des médias ont un dealer noir ou arabe et pourtant ils tombent sur E. Zemmour, occultant ainsi une part d’eux-mêmes. Cela doit être difficile à vivre de cette manière, vivre sa vie de tous les jours, et puis dire et faire le contraire lors de son boulot, remarque c’est le cas de beaucoup…non…

Il y a une dizaine de jours, un excellent film nommé Un prophète, a remporté un succès mérité lors de la cérémonie des césars…meilleur film, meilleur scénario…les critiques avaient à juste titre parler du réalisme de la mise en scène, du scénario, de l’histoire…et que raconte Un prophète, l’éducation criminelle d’un jeune Maghrébin qui devient un gros dealer…Marrant qu’une fiction, dont le côté réaliste est loué soit portée aux nues lorsqu’elle est une fiction quand bien même collant au plus proche de la réalité…alors que cette réalité est conspuée et sifflée lorsqu’elle est dans le champ de la réalité…vertige invraisemblable…abîme insurmontable…brouillage permanent des repères…

Faut-il désormais se rapporter sur la fiction pour avoir un semblant de réalité bien plus que la relation de la réalité par les médias???

Cherea

03
Mar
10

Le caddie d’une célibataire

Ma vie est d’une absolue et heureuse banalité…ce qu’après tout ce je cherchais…une femme aimante avec laquelle je suis heureux de partager ma vie…Donc hier, je dois me taper les courses dans une grande surface. Je rentre du boulot, dépose ma serviette et refile aussi sec vers la grande surface, Ipod sur les oreilles…Surprenant tout ce qu’on peut apprendre en regardant le caddie des gens, du genre  » on est ce qu’on mange »…bon pas mal de gonzesses seules, plutôt bien sapées, sortant du boulot ou pas, en mode « Open », des discussions qui se nouent ici et là entre consommateurs, des signes de séduction un peu partout…bon je fais mes courses, je me tape la queue, devant moi une nénette  à peine la trentaine, assez jolie, du type jean fit, bottes, chemisier, une petite veste, quelques babioles aux poignets et autour du cou…brune, le teint mâte, le genre que j’aurai dragué si moi célibataire but not the case, so…je restai avec mon ipod notant qu’elle aurait peut-être attendu un geste de ma part, tu sais une connerie du style  » il est où le rayon tomates, ou comment tu choisis ton oignon, où tu sais s’il est bon ce cabernet sauvignon à 5,80 euros »…bon je passe les détails, sauf celui de son caddie qui est très explicite:

  • Une botte de carottes et d’autres trucs verts, oignons, poireaux…
  • Des canettes de Coca-cola light.
  • Une bouteille de vin.
  • Des plats préparés pour une personne.
  • des yaourts allégés.
  • Une brosse à dents.
  • De la bouffe pour chat.
  • Des tampons pour l’hygiène intime.
  • Une boite de douze préservatifs, qu’elle avait essayée de dissimuler maladroitement.
  • Des boites de thon.
  • Des bouteilles d’eau.
  • Des céréales pour le matin.
  • Des infusions pour bien dormir…

Bon, voilà, le caddie type de la célibataire de 26-35 ans, nouvelle cible publicitaire. Ça c’est de la sociologie de terrain…je pourrai faire payer le rapport en enrobant mon truc de considérations bidons copiées sur des blogs de gonzesses ou de gauchistes et présenter la note à un cabinet de stratégie à la con…

Bon je ne voudrai pas revenir sur les méfaits du féminisme, mais c’était tout à fait le genre de poule qui m’aurait pris de haut il y a quelques années…cherchant à faire la belle..et puis qui aujourd’hui se morfond avec son chat et son picrate…le féminisme a enfanté d’une génération de célibataires frustrées la trentaine passée…

Cherea.

02
Mar
10

BHL m’a « plagier »

Je viens de noter qu’il y a une deuxième affaire BHL suite à la sortie de ses deux bouquins. il y eut l’affaire Botul sur laquelle je ne reviendrai pas. D’autre part, dans son pavé de 1300 pages, il y a une partie intitulée Le Génie du Judaïsme, titre repris d’un livre d’un type mort il n’y a pas longtemps. RIP Zardi. Je ne le ferai, pas le temps, pas l’envie, mais s’il y en a qui pouvait comparer le contenu des deux, cela serait intéressant.

C’est petit, c’est de mauvaise foi, c’est pas bien, c’est la meute qui se déchaîne…et tout…mais utiliser les mêmes armes que les cuistres est un devoir dans un monde dominé par les mêmes.

Cherea




novembre 2019
L M M J V S D
« Juin    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930