12
Nov
09

Une découverte en polar

J’adore le roman noir, le polar…pas le policier, pas trop non plus l’enquête à l’ancienne…Disons que James Ellroy fut pour moi un vrai choc littéraire et que c’est par lui que je suis entré dans ce monde il y a 7-8 ans…

Bref, des romans noirs, j’en lis vraiment à la pelle…si bien que maintenant, je commence à avoir fait le tour…évidemment pas tout le tour non plus, je n’ai jamais lu Léo Mallet, très peu d’auteurs français du néo-polar, à part Manchette…et il y a encore des auteurs que je n’ai que peu touchés comme Mcbain, Westerlake…mais je pense pouvoir dire que j’ai une assez bonne vision globale (expression typiquement Novlangue Managériale) ou pour parler mieux Français, je dirai que je connais le sujet…

Tout cela pour dire que découvrir un bon auteur de romans noirs et bien ce n’est pas facile…alors en ce moment je lis un truc qui s’appelle Rage de dents de William Lashner, car il y a trois semaines, je suis tombé sur l’homme marqué du même Lashner.

J’avais déjà croisé sa route à Lashner il y a plusieurs années, j’avais lu la quatrième de couverture et puis ça parlait d’un avocat alors je m’étais dit que j’allais me faire chier avec un procedural à la Perry MasonErreur réparée il n’y a donc que quelques semaines…

Donc Lashner met toujours en scène le même héros, Victor Carl, avocat pas tout à fait miteux mais pas non plus un grand avocat de la place…bref le type associé dans un cabinet avec Beth Derringer, qui s’occupe de défendre des meurtriers, d’aider des petites vieilles tyranniques à ramener leur fils à la maison…tout cela bien entendu si une provision est versée car Victor Carl se définit comme « une pourriture capitaliste égoïste » du moins voudrait-il s’en convaincre…car au fond c’est un bon gars…

Enfin, autre originalité, toute l’action se passe à Philapdelphie…en effet, il y a une vraie géographie du polar et si Carl Hiassen est l’écrivain de la Floride, Ellroy celui de L.A., Charyn celui de New-York, James Lee Burke celui de la Nouvelles-Orléans, McCarthy celui du Texas, Izzo celui de Marseille et bien Lashner est sans aucun doute celui de Philadelphie…

Donc à lire s’il vous tombe sous la main, ce n’est pas un chef d’oeuvre mais un bon moment à passer avec cette douce et désagréable impression d’avoir un miroir dans ses mains en la personne de Victor Carl…Lâche et courageux, con et malin…bref toute la dualité masculine en un personnage…ici pas de super héros, juste un homme, dans ses contradictions, toute sa connerie mais aussi sa fulgurance, sa réflexion…c’est déjà pas mal…et puis ça change des dernières saloperies qui mettent en scène trois femmes puissantes ou encore Lisbeth Salander qui déjoue à elle seule tous les complots grâce à sa seule intelligence…

WLashner

9782070396634FS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cherea


0 Responses to “Une découverte en polar”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :