22
Fév
10

Vite, cachez ce faf que je ne saurai voir

Je ne savais même pas que ça existait encore. Je crois ne jamais en avoir vu…un fasciste, un nazillon, un vrai, je pensais que c’était un remugle des heures les plus sombres de notre histoire tu sais un truc qui sent le moisi, je pensais que ce n’était qu’un putain d’épouvantail pour s’attirer les voix des crédules, pour faire causer BHL dans la boîte à images…un truc à peu près aussi vivant que les sorcières…

En parcourant le site communautaire Libération.fr, je suis tombé sur cet article. Je te fais le résumé, dans les grandes largeurs:

  • Les éditions Baleine, maison spécialisée dans le polar, sohaite rééditer un « roman raciste » de François Brigneau.
  • François Brigneau est un méchant… un vrai. Il a 92 ans et il a fait toute sa carrière de journaliste pour l’extrêeeeeeeme droite en pondant des articles pour Minute et toutes les feuilles de chou de cette chapelle.
  • Il a également écrit des romans, dont l’un Paul Monopaul conte les aventures d’un type dans le Paris d’après-guerre, apparemment le protagoniste est raciste puisqu’il parle de « crouias » et de « bicots ».
  • Des auteurs de la maison d’éditions Baleine font pression sur le directeur pour qu’il n’édite pas ce livre au nom d’une, je dirai, ligne politique qui prône la chasse aux fafs.
  • Le directeur ne veut pas en entendre parler et met en avant la qualité du texte, son humour, sa gouaille…
  • Inadmissible pour l’ensemble des auteurs des éditions Baleine.
  • Libération emboîte le pas des auteurs et appelle à la censure non pas en mettant en avant l’auteur et son passé nauséabond mais plutôt en jugeant le texte mauvais, donc indigne d’être publié.

Cette affaire m’interpelle sur plusieurs points:

  • Les éditions Baleine sont une entreprise privée, au nom de quoi des types lui dicteraient sa ligne de conduite…un peu comme le Quick de Roubaix.
  • Cette chasse aux fafs d’opérette a quelque chose de folklorique, c’est un peu comme la chasse aux dahus.
  • S’en prendre à un type de 92 ans, c’est vraiment pas glorieux.
  • Censurer l’oeuvre un type à cause de ses idées politiques privées, ça ressemble gravement à l’URSS.
  • Que Libération demande la non-publication de ce petit livre, suite à la qualité littéraire de l’oeuvre, a quelque chose de cocasse pour ce journal qui loue le travail de Angot, BHL…et autres salopes littéraires…
  • Comment le journaliste peut-il dire que le roman est mauvais, sachant que l’édition est épuisée, et que la réédition n’est pas encore achevée? Peut-être un ami lui a-t-il prêté un exemplaire…cela signifie-t-il que cet ami serait raciste?
  • Si on censure ce livre à cause de son contenu raciste, je propose également la mise au pilon de la moitié des bouquins de James Ellroy

Décidément, nos progressistes, pas en retard ‘un combat d’arrière garde…

Cherea


0 Responses to “Vite, cachez ce faf que je ne saurai voir”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :