19
Jan
10

1984 et le coeur du communautarisme.

Il y a quelques passages de bravoure dans 1984, bien entendu l’épilogue sur la novlangue mais également un passage où un type raconte que son boulot est de réécrire les journaux d’hier à l’aune d’aujourd’hui faisant donc honneur à la maxime du mémorial de Napoléon, « l’histoire est un mensonge que nul ne conteste ».

Donc pourquoi je vous parle de cela, tout simplement parce que les socialistes espagnols qui s’appellent le PSOE (Partido socialista obrero español) ont fait passer une loi qui oblige les villages, les communautés, bref tout ce que vous voulez à effacer les traces de Franco. On a donc des petits bleds paumés avec des vieilles et des vieux qui vont perdre leur place. Ensuite j’imagine que l’on va effacer les quarante ans de l’ère franquiste des livres d’histoire et voilà, out est beau, tout est bien…l’Histoire est un long fleuve tranquille…

Bon j’imagine que l’on a fait la même chose en France avec Pétain…mais on pouvait et on devait avoir honte de lui…donc…on peut comprendre…Les Espagnols doivent-ils avoir honte de Franco? Personnellement je ne le pense pas, il n’y a pas eu de succession familiale…cela a accouché de la démocratie…à vous de juger…je sais que l’on a pas mal d’avenues Lénine dans la banlieue rouge, des Staline, je ne suis pas sûr, en tout cas il y en a en Russie…ex-URSSS…alors pourquoi les Espagnols n’osent-ils pas affronter leur histoire avec calme plutôt qu’avec panique…et comme un honteux secret de famille…




Bon, sinon, voilà ce qui m’est arrivé samedi…Ma chérie et moi on va picoler dans un bar de mon quartier, sachant que j’habite en plein quartier gay de la capitale espagnole…donc on se retrouve dans le bar (ma chérie est une fille chic et classe qui aime jouer les bobos, vous voyez le genre…), du bruit partout dans le troquet…et ça crie et des rires haut perchés…et le serveur nous place dans un coin et à ma gauche un groupe de six gays, aucune équivoque là-dessus, mais qui surtout était muet. Donc pour s’asseoir à cette table, il fallait avoir entre 40 et 50 ans, être gay et muet, ce qui fait beaucoup de conditions à réunir…je dois vous avouer que je ne sais pas trop de quoi parlent un groupe d’homosexuels, maintenant je sais, bien que je ne comprenne pas le langage des signes et il y en a qui sont universels…devinez lesquels…




Cherea


2 Responses to “1984 et le coeur du communautarisme.”


  1. 19/01/2010 à 16:35

    Partido socialistA, non ? Sinon, des Espagnols muets (non gueulards, donc), ce doit être le rêve…

  2. 2 cherea
    19/01/2010 à 16:41

    Tout à fait c’est plutôt plaisant un peu de calme mais imaginez les gestes dont ils devaient faire montre pour illustrer leurs propros…genre comment tailler une pipe ou le type qui raconte avec ses mains sa dernière soirée d’amour.
    Merci pour la rectification…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :