11
Jan
10

Big E. sur France Inter

Putain, huit ans…huit ans que l’on attendait ce putain de volume…on s’attendait à American Madness et finalement on a Underworld USA. Je l’aurai au plus tard en février lors de la venue d’un de mes amis ou peut-être qu’il est à la Fnac de Madrid.

James Ellroy qui est un des trois que je mets au Panthéon littéraire…Donc pour la sortie de son opus, il fait la tournée des médias en France, ce matin sur France inter, ce soir pour une lecture au théâtre du Rond-Point, soirée spéciale sponsorisée par Télérama…j’imagine qu’il va passer chez Denisot et peut-être chez Ruquier, ce qui devrait enfin soulager Zemmour et Naulleau, enfin un mythe littéraire avec lequel discuter…

Bon, j’adore ce truc, faire passer un Républicain réactionnaire partisan de la peine de mort…sur les ondes de la gauche bien pensante française, rien de plus jouissif…

Je vous mets la vidéo…écoutez bien…

Imaginez la tronche du bobo qui écoute cela dans sa bagnole, il se demande s’il n’est pas tombé sur radio courtoisie ou un autre truc du genre. Écoutez la gêne de Demorand lorsque James Elrroy se définit comme étant carrément de droite, Demorand qui n’a jamais dû lire un seul bouquin de Ellroy tout simplement parce qu’il ne le peut pas. Que Demorand lise un bouquin de Ellroy, c’est comme pour moi lire un bouquin de Samuel Benchetrit ou une saloperie du genre Guillaume Musso ou Marc Levy, ce n’est pas dans mon logiciel…

Voilà ce qui explique l’embarras de Demorand qui a bien lu ses fiches pour poser des questions dont aucune n’attaque la Trilogie en profondeur…Demorand qui pose la question  » que signifie être de droite quand on est écrivain? » Aurait-il posé la question à un écrivain de gauche? Évidemment jamais…et la réponse est magnifique…

Ellroy, voilà un putain d’auteur, de bonhomme, un écrivain qui pourrait donner des leçons à tout ce que la France rancie et pourrie compte de gribouilleurs dans sa République des Lettres…

Je vous mets des autres liens sur Underworld, USA…

Interview de son éditeur français, François Guérif…

Critique dans l’émission Jeux d’épreuves de France Culutre, ne l’écoutez pas car cette critique est pourrie. En effet, il y a quatre chroniqueurs dont trois bonnes femmes, qui évidemment ne comprennent rien à James Ellroy. On se demande à quoi on reconnaît un grand auteur. Didier Goux proposait sa grille de lecture, qui était bien de définir le grand écrivain en fonction du forçat qu’il décrivait dans ses bouquins, cela n’est valable qu’à un certain moment…

Personnellement, j’en ai un autre. Plus le lectorat d’un auteur est masculin, plus l’auteur est grand. Plus il est féminin, plus l’auteur est mineur. Pour les auteurs récents, je citerai Ellroy, Houellebecq…allez-y faites le test…


5 Responses to “Big E. sur France Inter”


  1. 11/01/2010 à 13:06

    J’ai écouté l’entretien ce matin. Quel calme, quelle assurance ! Je ne trouve pas que Demorand s’en soit si mal tiré, il l’a fait parler sans trop l’interrompre, et son « mais en France, un écrivain doit donner son opinion sur la politique » peut être perçu comme de l’auto-dérision. Et à chaque fois, Ellroy ramène la couverture sur la littérature…

    […] trois bonnes femmes, qui évidemment ne comprennent rien à James Ellroy. On se demande à quoi on reconnaît un grand auteur.

    ha ha ha, p’tit con, va !

  2. 11/01/2010 à 16:26

    Suzanne : mais vous, vous êtes digne d’être un homme, donc ça n’infirme en rien ce que dit Cherea !

    (Aïe ! non, pas sur la tête, siouplaît, c’est mon outil de travail…)

  3. 3 cherea
    11/01/2010 à 17:09

    Suzanne,

    vous avez mal compris. Je ne dis pas qu’il y a seulement les hommes qui savent lire ou que James Ellroy est interdit aux femmes, je dis simplement que la majorité des lecteurs doit être masculine…nuance, nuance…Un livre dont le lectorat est à 90% des femmes doit être une merde alors qu’un livre lu par 50% ou plus d’hommes a des chances d’être pas mal…je n’exclus pas les femmes du lectorat, je les mets simplement en minorité…
    j’espère que vous saisissez la nuance…

  4. 11/01/2010 à 17:31

    Cherea ne vous expliquez surtout pas, je crois que vous avez raison concernant les lecteurs d’Ellroy. Par contre je me demande qui, à part les auteurs de romans à l’eau de rose dans des collections bien définies , a un lectorat féminin à 90%. Darrieussecq, Angot, Laurens, Deleaume, vous pensez à ces écrivains là ?

  5. 11/01/2010 à 17:33

    (Affreux Didier Goux, vous en méritez, des coups…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :