24
Août
09

La pub de Disneyland Paris, 1=2. Tout va bien.

J’ai pris le métro parisien et me trouve donc agressé par la pub ambiante, joyeusement pensée pour soutirer tout le pognon possible des poches des classes moyennes.Je n’en aurai pas fait cas…puisque habituellement, c’est bien le type de matériel dont je m’en fous éperdument et absolument. J’ai mis du temps, mais j’ai imposé à mes rétines qu’elles posent des filtres, marre d’être agressé continuellement.Notez bien que je ne nie pas un talent certain à quelques créas (comme on les appelle) et je ne suis pas un antipub vicelard et radical. Il y a des pubs que je trouve vraiment belles. Mais là n’est pas la question qui nous intéresse.J’ai donc appris à mes rétines à ne pas relever la connerie universelle qui nous entoure et  nous matraque, si bien que je vis pratiquement dans un monde sans publicité et m’en porte plutôt bien…Néanmoins mes filtres ne sont pas assez puissants pour arrêter les plus grosses conneries, si bien que parfois je me retrouve en état de choc. C’est donc ce qu’il m’est arrivé en ces moites semaines aoûtiennes.

 

On voit Mickey au milieu de son parc, avec trois cheerleaders qui brandissent chacune un panneau sur lesquels on peut lire 1=2.

Je suis donc agressé par cette publicité. Elle est partout. C’est une falsification du réel claire et nette. Plus aucun espoir. Nous savons encore que 1 n’est pas égal à 2 et que jamais ne le sera.  Mais qu’en sera-t-il des générations prochaines ? Dans cent ans…mais pourquoi aller si loin… puisque voilà le genre de discours que je pourrais avoir avec ma fille ou mon fils, si j’ai la joie d’être père…

 

– Papa, papa, viens on va à Disneyland…c’est un pays merveilleux…

– Non, ma chérie, je n’y ai jamais foutu les pieds et c’est pas aujourd’hui que ça va commencer…même pour te faire plaisir…

– Mais pourquoi tu dis cela Papa ??

– Parce que, il y a une chose qui s’appelle des principes, ce sont des croyances morales auxquelles tu crois très fort et que jamais tu ne voudras trahir…tu comprends ??

– Oui, je crois, et un de tes principes est de ne pas aller chez Mickey.

– Ce n’est pas aussi simple que cela, ma fille, mais disons que je veux bien être tolérant, mais qu’il y a une limite à la connerie ambiante et que Mickey est un diffuseur, un propagateur de connerie ambiante à échelle mondiale…

– Pourquoi tu dis cela ?

– Bon je ne rentrerai pas dans un discours trop compliqué mais quand une personne ou une souris m’assènent que 1=2, je me dis que cette personne est complètement tarée ou dangereuse…

– Mais papa, 1=2, m’enfin…

-Pardon ma chérie, tu peux répéter, tiquerai-je au bord de la crise cardiaque, alors que ma propre fille prendrait son air le plus innocent et le plus sincère pour me répéter que 1=2. Qui t’a appris cela ma chérie ?

– Mais ma maîtresse de CP.

J’aurai assisté à la réunion parents-professeurs de l’école primaire pour Bobos, où l’on m’aurait présenté la future maîtresse (et non institutrice) de ma fille, qui en se décrivant aurait détaillé son parcours professionnel : ex-cadre moyen de Disney ou d’un autre mastodonte du divertissement et de la communication qui, après une vie stressante de semi-executive woman, aurait recherché du sens dans l’éducation des gamins. Tout cela ne m’aurait pas plu, mais à l’époque du cool, préférer la fermeté à une certaine pédagogie assimilée chez Mickey vous ferait passer pour un dangereux fasciste.

– Ecoute, ta maîtresse de CP se trompe…

– Mais non Papa, elle a raison et regarde Mickey le dit aussi et je l’ai aussi vu sur DisneyChannel, Papa, si c’est écrit partout et que tout le monde dit que 1=2 et bien c’est que 1=2 et c’est tout. Papa je crois que tu es fou…

-….

 

 

Au-delà du fait que c’est une publicité, comme il en existe des milliers d’autres et qui a pour but de vendre un truc de merde inutile à un type qui n’en a pas besoin, donc au-delà de son objectif, ce qui est malheureux est que cette réclame a été conçue et validée par des types qui ont fait des études.En effet, j’imagine que le directeur de création de l’agence de publicité et le directeur marketing sont des bonhommes éduqués. Ce sont probablement des hommes qui font leur boulot honnêtement, qui parlent un bon français et qui ont dû étudier dans des écoles de commerce de bonne réputation et voilà  que malgré cette éducation, qui est censée être un garde-fou, malgré la fréquentation de professeurs intelligents, malgré un bon paquet de livres lus, malgré tout cela un type qui doit avoir dans les quarante ans ose valider une publicité si énorme. En effet, 1=2, version Disney. Et oui, si Mickey le dit, alors c’est vrai, surtout que la petite souris répète son message à longueur d’antenne sur ses chaînes de télévision, dans le métro et sur Internet. À quoi servent les études si un type peut dépenser plusieurs millions d’euros en achat d’espaces pour affirmer que 1= 2 ?

Je suis curieux de savoir comment se sont déroulés les débats sur cette affiche, s’il y en a eu. En effet, dans les échanges internes avec les collaborateurs et avec les types de l’agence de publicité, y a-t-il eu une bonne âme pour s’élever contre ce mensonge, cette dégueulasserie, y a-t-il eu un homme ou une femme pour dire « Nous sommes Disney, nous avons une responsabilité envers des millions  de gamins et nous ne pouvons pas affirmer que 1=2 », y en a-t-il eu un ? Mieux, y en a-t-il eu un qui a remis sa démission en évoquant des questions d’éthique et d’honneur ? S’il y en a eu un qui a protesté ou encore s’il y en a eu un qui a remis sa démission. Tout n’est pas perdu et nous pouvons nourrir des espoirs raisonnables sur nos semblables.

Au-delà de la rentabilité de leur parc d’attraction, le problème est le relativisme qui suit une telle affirmation. En effet, si on ose placarder partout dans Paris que « 1=2 » alors il ne faut s’étonner de la suite qui donne Diam’s=Baudelaire…Si 1=2, alors plus rien n’a de sens, notre civilisation perd ce qui faisait sa Grandeur. Si 1=2, il ne faut s’étonner qu’aujourd’hui on trouve autant de talent à un type comme Booba, qui a un article dans la NRF pour analyser son style et parler de métagore, qu’à un géant comme Céline. Si 1=2, alors tout se vaut et plus rien n’a de valeur. En effet, affirmer sans sourciller que 1=2, c’est tout simplement travailler volontairement à la fin de notre monde.


0 Responses to “La pub de Disneyland Paris, 1=2. Tout va bien.”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :